Travail en hauteur, quelles sont vos obligations en sécurité ?

Vous devez réaliser un chantier qui implique le travail en hauteur de vos ouvriers ? Premièrement vous pouvez consulter notre article précédent définissant le travail en hauteur : Qu’appelle-t-on le travail en hauteur.

Attention, vous devez assurer la sécurité de vos employés sur les chantiers pour éviter un accident dramatique. Comment travailler en hauteur ? Quelles sont vos obligations de sécurité ? 

Responsabilités de l'employeur, protection collective et protection individuelle, Formation travail en hauteur

Comment assurer la protection de vos ouvriers ?

La prévention des chutes en hauteur peut être assurée par plusieurs types de protections :

La protection collective

  • Garde-corps,
  • Escaliers,
  • Echelles à marches,
  • Echelles fixes,
  • Plate-formes individuelles,
  • Echafaudages roulants,
  • Echafaudages de pied,
  • Plates-formes élévatrices mobiles de personnel,
  • Plates-formes sur mâts,
  • Plates-formes suspendues,
  • Filets anti-chute.

Les équipements de protection individuelle (EPI)

Lorsque le risque de chute est présent mais qu’il n’est pas possible de garantir la protection collective des ouvriers, les EPI interviennent. Il est de votre obligation de choisir l’équipement le plus adapté à la situation afin de limiter les risques.

Attention, il incombe à l’entreprise de vérifier de façon périodique les EPI, mais aussi de former et d’informer les ouvriers qui les portent de leur utilisation.

Les obligations de sécurité selon le type d’ouvrage

Il incombe à l’employeur de mettre en place les mesures adéquates pour limiter les risques pour travailler en hauteur et de suivre la réglementation du type de protection.

Le travail sur corde

Dans le cas ou la protection collective est insuffisante, le Code du travail autorise le travail encordé. Néanmoins, celui-ci est réglementé :

  • Une corde de travail (descente et soutien avec système autobloquant),
  • Une corde de sécurité avec système d’arrêt des chutes,
  • Les points d’ancrage doivent être calculés au préalable par l’employeur ou une personne compétente,
  • Un harnais anti-chute,
  • Programmation et supervision du travail réalisé de façon à pouvoir porter secours, rapidement au travailleur en cas d’urgence,
  • Les ouvriers doivent être formés.

Les grues à tour

Sur les chantiers de grande ampleur nécessitant des grues à tour, la recommandation R.495 du Comité technique national des industries du bâtiment et des travaux publics préconise les dispositions suivantes pour garantir la sécurité des ouvriers :

  • Mise en place de plateformes de repos au moins tous les 6 mètres (première volée à 10 mètres),
  • Mise en place d’échelles inclinées,
  • Mise en place d’un accès motorisé si la cabine de conduite de la grue nécessite plus de 30 mètres d’ascension,
  • Des vitres fermées pour permettre au grutier de travailler à une température inférieure à 25°C en période de fortes chaleurs et supérieure à 20° en période de froid.

Les échafaudages

Sur certains chantiers, comme le ravalement de la façade d’un bâtiment par exemple, l’échafaudage se présente comme la meilleure option pour protéger les ouvriers d’une chute en hauteur. Dans ce cas, les dispositions suivantes doivent être appliquées :

  • Installation d’une rambarde de sécurité,
  • Formation adéquate des ouvriers au montage et démontage.