Températures extrêmes au travail en extérieur – les réglementations

Réglementation travailler sous forte chaleur

De nombreux métiers nécessitent pour le collaborateur à travailler dans un environnement marqué par des températures élevées voire très élevées. On retrouve les salariés travaillant à l’extérieur notamment en été lors de canicules, tel que les ouvriers du BTP ou les ouvriers agricoles mais également au sein de locaux comme les ouvriers de fonderies, de cuisines, d’ateliers de soudure etc…

Recommandations aux travailleurs en cas de fortes chaleurs. Lors de périodes de fortes chaleurs, voire de canicule, certains travailleurs peuvent être particulièrement exposés aux risques

Le travail soumis à la chaleur n’est pas réglementé car le code du travail ne stipule aucune température maximale au-delà de laquelle in est interdit de travailler ou à partir de laquelle des protections spécifiques doivent être mises en place. Selon l’INRS, l’Institut National de Recherche et de Sécurité, le travail par de fortes chaleurs et notamment au-dessus de 33°C présente des dangers pour le salarié.

Les symptômes liés à la chaleur comme la fatigue, la sueur abondante, les nausées les maux de tête les vertiges ou les crampes peuvent être annonciateur de troubles bien plus importants, voire mortels tel que la déshydratation ou le coup de chaleur. La chaleur augmente le risque d’accident car elle induit une baisse de la vigilance et une augmentation de la fatigue et des temps de réaction. La transpiration n’est pas non plus à négliger car elle peut rendre les mains glissantes et gêner la vue.

Travailler par fortes chaleurs peut être à l’origine de troubles plus ou moins sérieux pour la santé et accroître le nombre d’accidents du travail.

En situation de forte chaleur ou de canicule, il est important de prendre les mesures techniques et organisationnelles pour contribuer à réduire les risques. Les mesures collectives peuvent être un aménagement des horaires de travail, des rotations d’équipe afin de limiter le temps d’exposition de chacun, une augmentation, de la fréquence des pauses, un report du travail physique aux heures les plus fraiches, des sources d’eau potable à proximité, un travail en équipe pour une surveillance mutuelle, et une information efficace et pertinente sur les risques liés à la chaleur.

En complément des mesures collectives précédentes il est aussi important de ne pas négliger les mesures de prévention individuelle. Privilégiez les vêtements de travail légers, évacuant la transpiration et de couleurs claires. Protégez votre tête et votre peau du soleil et restez à l’ombre autant que possible. Pensez à vous hydrater régulièrement !

Réglementation travail en extérieur au froid

L’exposition indirecte au froid peut présenter des risques pour la santé des salariés et peut provoquer des accidents tels que des glissades. De nombreux salariés sont concernés par le travail au froid notamment les salariés qui travaillent en extérieur sur des chantiers, en altitude ou encore ceux qui sont en contact avec de l’eau froide.

Que prévoit la réglementation

D’un point de vue juridique le code du travail ne prévoit pas de températures en dessous de laquelle il serait interdit de travailler, toutefois l’employeurs dans le cadre de son obligation générale de sécurité et de son évaluation des risques doit évaluer ce que l’on appelle les ambiances thermique et notamment les risques liés au travail au froid.

Quelles mesures de prévention mettre en œuvre ?

Les mesures les plus efficaces de prévention consiste à éviter le travail au froid ou à le limiter, cependant ce n’est pas toujours possible, dans ce cas là l’employeur pourra mettre en place diverses mesures de prévention. Il pourra mettre en place des espaces où des locaux chauffés pour les salariés qui travaillent en extérieur afin qu’ils puissent faire des pauses avec des temps un peu plus long dès lors qu’ils auront été exposés à des températures plus froides. Il peut également leur fournir des équipements de protection individuelle (EPI), s’assurer que leur tenue vestimentaire est adaptée, à cet égard il convient de préciser que plusieurs couches sont plus protectrice et plus efficace qu’un seul vêtements épais et qu’il est essentiel que la tête et les mains soient couverts.

Réglementation du travail au froid, Que prévoit le Code du travail en cas de travail en extérieur au froid

Peut-on exercer son droit de retrait en cas d'intempéries ?

A priori en cas de froid et d’intempéries une évaluation des risques et la mise en place de mesures de prévention doit permettre de limiter les situations de danger, toute fois si le salarié estime que sa situation de travail constitue un danger et une menace grave et imminent il peut se retirer de son poste et exercer ce que l’on appelle le droit de retrait. Donc concrètement il va avertir son employeur ou son supérieur hiérarchique que la situation de travail présente un danger pour sa santé, et que tant que l’employeur n’a pas mis en place de mesures de prévention adaptées, il ne retournera pas à son poste. En parallèle il peut éventuellement informer les représentants du personnel.