Réglementation travail en extérieur au froid

L’exposition indirecte au froid peut présenter des risques pour la santé des salariés et peut provoquer des accidents tels que des glissades. De nombreux salariés sont concernés par le travail au froid notamment les salariés qui travaillent en extérieur sur des chantiers, en altitude ou encore ceux qui sont en contact avec de l’eau froide.

Que prévoit la réglementation

D’un point de vue juridique le code du travail ne prévoit pas de températures en dessous de laquelle il serait interdit de travailler, toutefois l’employeurs dans le cadre de son obligation générale de sécurité et de son évaluation des risques doit évaluer ce que l’on appelle les ambiances thermique et notamment les risques liés au travail au froid.

Quelles mesures de prévention mettre en œuvre ?

Les mesures les plus efficaces de prévention consiste à éviter le travail au froid ou à le limiter, cependant ce n’est pas toujours possible, dans ce cas là l’employeur pourra mettre en place diverses mesures de prévention. Il pourra mettre en place des espaces où des locaux chauffés pour les salariés qui travaillent en extérieur afin qu’ils puissent faire des pauses avec des temps un peu plus long dès lors qu’ils auront été exposés à des températures plus froides. Il peut également leur fournir des équipements de protection individuelle (EPI), s’assurer que leur tenue vestimentaire est adaptée, à cet égard il convient de préciser que plusieurs couches sont plus protectrice et plus efficace qu’un seul vêtements épais et qu’il est essentiel que la tête et les mains soient couverts.

Réglementation du travail au froid, Que prévoit le Code du travail en cas de travail en extérieur au froid

Peut-on exercer son droit de retrait en cas d'intempéries ?

A priori en cas de froid et d’intempéries une évaluation des risques et la mise en place de mesures de prévention doit permettre de limiter les situations de danger, toute fois si le salarié estime que sa situation de travail constitue un danger et une menace grave et imminent il peut se retirer de son poste et exercer ce que l’on appelle le droit de retrait. Donc concrètement il va avertir son employeur ou son supérieur hiérarchique que la situation de travail présente un danger pour sa santé, et que tant que l’employeur n’a pas mis en place de mesures de prévention adaptées, il ne retournera pas à son poste. En parallèle il peut éventuellement informer les représentants du personnel.