Qu’appelle-t-on travail en hauteur ?

Le travail en hauteur, qu’est-ce que c’est ? La réglementation ne donnant pas de définition du travail en hauteur, c’est donc au chef d’établissement, responsable de la santé et de la sécurité de ses salariés, de rechercher l’existence d’un risque de chute de hauteur en procédant à l’évaluation du risque, et de prendre les mesures adéquates en se fondant sur les principes de préventions généraux. 

Normes travail en hauteur, réglementation, obligation, prévention, formation

Le travail en hauteur peut désigner plusieurs situations de travail résultant de l’emplacement du travail (toitures, passerelles, charpentes…) ou de l’utilisation de certains équipements (échelles, échafaudages, plates-formes de travail).

Nul besoin d’être suspendu à une corde au milieu d’un immeuble de la Défense, puisque généralement on considère à risque une hauteur supérieure à un marche pied de plus de 2 marches.

Le travail en hauteur regroupes toutes chutes qui touchent les personnes situées en élévation :

  • Position élevée (couvreurs travaux de toiture, travaux de charpente…)
  • Chutes d’un tabouret ou d’un marchepied
  • Travaux de terrassement si présence de tranchées ou chantiers de fouille
  • Accès en zones surélevées par échelles, escaliers ou passerelles
  • Pylône ou équipement de travail (échafaudages, camion citerne…)

Ces situations sont donc très diverses et peut concerner tous les secteurs d’activités. Cependant c’est dans le secteur du bâtiment, où l’on compte le plus d’accidents du travail dus à des chutes en hauteur.